19/01/2021

Philippe-Lalleman
La vie dans notre village serait encore plus agréable s’il n’existait plus aucun déchet lors de nos balades. La beauté de la nature, l’harmonie serait tellement meilleure si tout le monde collectait les déchets dans les poubelles qui ont été placées pour cela.

Ce dimanche 17 janvier lors d’un footing, j’ai ramassé le long de la route des 7 Planètes et du Chemin de halage de la Haute Colme divers déchets et pourtant la zone avait été complétement nettoyée par les employés communaux il y a une quinzaine de jours...

Notre village est bien équipé en poubelles au sein de ses espaces verts et la majorité des Biernois les utilisent et n’est pas plus sale que les villages voisins car la municipalité fait tout ce qu’elle peut pour que le village soit propre, peu de communes ont autant de poubelles à disposition, il y a eu une journée de nettoyage général de la commune au printemps dernier initiée par l’équipe municipale ou la population a été invitée afin d’allier efficacité et pédagogie , cette action sera réitérée d’ailleurs deux fois par an.

Les agents municipaux viennent de nettoyer le village et ses fossés... Et pourtant nous observons la réapparition de nouveaux déchets.

La propreté de notre village est donc l’affaire de tous, je ne crois pas que les déchets réapparus sont uniquement d’origine accidentelle et qu’il faut donc que le citoyen biernois responsable prenne l’habitude de ramasser les détritus qui traînent même s’ils proviennent de l’inconscience d’individus irrespectueux...

Nous constatons également de trop nombreuses déjections canines un peu partout sur le village... La majorité des Biernois ont compris que si tous les chiens polluaient nos espaces verts, l’aspect du village en pâtirait et ont l’intelligence de ramasser les déjections de leurs animaux.
J’aimerais que tous les propriétaires de chiens puissent le comprendre sans que pour cela il nous faille instituer des amendes et instiller dans notre village un climat répressif.

Mobilisons nos énergies, respectons la nature, les autres, notre village !